Histoire de l’Eglise et du Prieuré

Bâtie entre le XIIe et le XVIe siècle, elle est classée en 1927 au Monuments Historiques de France.
DSC01801

L’église est à l’origine le siège d’un prieuré-cure dépendant de Saint-Jean-de-Sens, fondé au XIIe siècle. Elle reste un ouvrage inachevé, puisque le chœur n’a jamais été construit. Son clocher-porche en bâtière, qui la rattache aux édifices gâtinais, semble avoir été fortifié. Restaurée après les guerres de Religion, l’église comporte une nef à trois niveaux, caractéristique originale de ce bâtiment.

Située sur le Fief de la Rivière, appartenant au Prieur, l’église affecte la forme d’une croix latine à laquelle manque la branche supérieure. Elle a cette disposition en commun avec plusieurs églises de la région. Il ne reste du XIIème siècle que la croisée du transept, la nef avec à gauche le triforium, le bas-côté et la porte extérieure.
C’est au XVIème siècle que l’on a voûté l’église et sans doute, bouché le triforium droit en rehaussant le toit du collatéral.
Le grand portail date de la même époque. L’église abrite les pierres tombales de François de QUIEVY, Seigneur du Colombier (un fief de Grez), Mareschau des Logis de Monseigneur le Dauphin, de son épouse (1538) et de Jehan HOUEL (1555) substitut du procureur du Roi. Ces pierres tombales de la Renaissancce sont de l’atelier de Maître CLOUET.

Le Prieuré jouxtant l’église dépendait de l’abbaye Saint-Jean-Les-Sens. Les prieurs de Grez étaient chanoines de Saint Augustin, prêtres réguliers, souvent en lutte à propos des prérogatives sacerdotales, avec le Commandeur de Beauvais ; la Commanderie de Beauvais se trouvait, en effet, sur la paroisse de Grez. (Il n’en reste aujourd’hui que peu de vestiges : des caves, un puits, etc.).